Le Sacré baroudeur !

Nous vous présentons Maxime Barat

La French Divide 2021 approche à grands pas et cette année Musette est fière de sponsoriser la légende locale Maxime Barat. Nous avons eu le plaisir de lui monter un Brother Cycles Big Bro bien solide pour la course. Pour ceux d’entre vous qui ne connaissent pas encore ce « sacré baroudeur », nous lui avons demander de se présenter.

Pouvez-vous nous parler un peu de vous et de vos débuts dans le cyclisme ?

J’ai passé mon adolescence à Apt dans le Vaucluse, à deux pas du Luberon. Un super terrain de jeu où le soleil est souvent de la partie. Alors chaque été j’y retourne pour faire du vélo et à chaque fois j’en prends plein les yeux.

En 2014, je découvrais le vélo au cours d’un voyage de 6 mois en Asie Centrale. Ce fut une révélation. La liberté de parcourir le globe à la force des mollets, l’imprégnation des cultures traversées m’ont laissé un souvenir impérissable. Depuis lors, le vélo ne m’a plus quitté. Objet du quotidien pour tous mes déplacements, outil de liberté pour partir à l’aventure ou encore machine de compétition. Je le pratique sous toutes ses formes. Au fil du temps, mes vélos et leur chargement se sont allégés. Adieu le porte bagage, bonjour le bikepacking et l’ultra distance.

Quel a été votre premier grand voyage ?

En 2014, Sabrina et moi sommes partis 6 mois en vélo pour découvrir l’Asie Centrale. De l’Ouzbékistan à la Chine en passant par le Tadjikistan, le Kirghiztan et le Kazakhstan, nous sommes passés du désert à la montagne avec des pistes à plus de 4000m d’altitude. 7000km de pur bonheur à découvrir les cultures, les gens et la nourriture. Difficile de résumer ce voyage en quelques lignes le mieux c’est d’aller jeter un oeil au blog: www.lebinome.wordpress.com

Suite à ce voyage de 6 mois j’ai pris conscience que le poids de nos vélos nous avait pénalisé. J’ai commencé à me renseigner et j’ai découvert la Transcontinentale Race. J’ai tout de suite voulu y participer mais ma candidature a été refusée en 2016. J’ai alors décidé de partir sur les routes Alpines pour me tester. De Nice jusqu’en Slovénie en empruntant tous les cols alpins. Un périple sur route de 4000km et 100 000m de dénivelé en 3 semaines sur des routes vertigineuses m’offrant des points de vue à couper le souffle. Le retour s’est fait également par les Alpes jusque dans les Vosges ou un chat m’a coupé la route à 23h dans une descente à 50kmh. Clavicule cassée, fin du voyage mais de beaux souvenirs quand même avec un coup de coeur pour les Alpes Maritimes et les Dolomites en Italie.

Quelle expérience avez-vous en ultra endurance ?

En 2017, j’ai pris le départ de la Transcontinentale Race à Grammont en Belgique. Une course d’orientation à travers l’Europe façon Vendée Globe mais adaptée au cyclisme. Le principe est de rallier l’arrivée, prévue en Grèce cette année-là, en passant par 3 checkpoints. Sur 300 participants au départ nous étions 80 à l’arrivée et je suis arrivé 40 ème en 13 jours et 20h malgré une intoxication alimentaire.

En 2018, j’ai pris le départ de la French Divide. Une épreuve tout terrain dont le parcours de 2200km et 32 000m de dénivelé entre la frontière Belge et le pays basque est à parcourir en moins de 15 jours. Parti en gravel MR4 sous le regard
amusé de l’organisateur Samuel Becuwe, je suis finalement arrivé en 9 jours et 7 heures soit le meilleur temps en gravel et le troisième temps au total derrière deux VTT.

En 2019, j’ai pris le départ de la Baroudeuse Race, une épreuve de seulement 1150km mais avec 35 000 mètres de dénivelé. Au départ de Nice le parcours est très exigeant et la chaleur suffocante. J’ai finalement gagné l’épreuve en 5jours et 7h avec 36 heures d’avance sur le deuxième.

Si la TCR est mythique j’ai pris bien plus de plaisir sur la French Divide et la Baroudeuse. Je préfère la longue distance en tout terrain car c’est moins monotone et je suis moins inquiété par les voitures. Mais le tout terrain est exigeant car le corps encaisse des chocs et des vibrations toute la journée. Ça ne pardonne pas. Il faut également être plus autonome en eau et nourriture car on trouve moins de quoi se ravitailler, mais c’est ce qui me plait.

Qu’as-tu fait récemment?

En 2020, après deux mois de confinement, j’avais besoin de prendre l’air. Plutôt que de m’épuiser en une semaine sur une épreuve bikepacking, je suis parti deux mois en VTT à travers la France. Un beau périple de 4000km entre Sarlat, Carcassonne,
Valence, Nice, Strasbourg et enfin Avignon où j’ai pu enchainer quelques-unes des plus belles traversées vtt du pays en solo puis avec ma compagne.

https://www.instagram.com/barat_maxime/

Début juin 2021 je repars dans les alpes. Quand vous lirez ce poste, je serai déjà reparti sur les chemins entre Arles et Nice afin de tester ce big bro sur les cailloux du Sud. Les pneus en 29×2.6 ne sont pas là pour décorer. Vous pouvez suivre le trip sur Facebook, Instagram et même Strava.

Et cette année, vous participez de nouveau à la French Divide. Qu’est-ce qui vous a poussé à demander à Musette de vous construire ce Brother Cycles Big Bro ?

Pour ma seconde participation à la French Divide je cherchais des partenaires à l’écoute de mes besoins avec une bonne connaissance du bikepacking afin de monter un vélo solide et efficace. En plus à Musette ils font du très bon café !

J’ai fait le choix du Big Bro car ce cadre à vraiment été pensé pour le bikepacking:   le cadre n’est pas trop sloping et peut accueillir une grande sacoche. Il y a des fixations un peu partout pour mettre des portes bidons. Il possède des pattes coulissantes pour rouler en single speed ce qui est très pratique puisque je roule sans dérailleur l’hiver pour économiser la transmission. Pour les pneus on peut mettre du 29×3.0 devant et 29×2.6 derrière ce qui permet de rouler sur des sentiers cassants sans avoir besoin de suspension. Et puis il est vraiment beau dans cette couleur.

Pour la transmission et les freins je fais confiance à Shimano, je reste fidèle au 1×11 qui a fait ses preuves et ne nécessite pas de corps de roue libre spécifique. Plateau de 32 et cassette 11×46. Les roues sont des TFPHC wide, des roues alu avec des moyeux novatec qui font seulement 1,7kgs. Pour les pneus je pense partir sur des 29×2.2 pour la french divide. Je roule actuellement en 29×2.6 pour le confort.

Publié par Christopher GJ Cooley

Cycling, wine-drinking blogger trying to learn French

Un avis sur « Le Sacré baroudeur ! »

Répondre à Maxym Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s